3 réflexions au sujet de « Les nouvelles barbares »

  1. Faites frémir les bourgeois ! Ah, la belle histoire. Ah, l’épiphénomène de la pataphysique de la peur. Une petite histoire de bande et voilà la société en révolution. Ah, oh ! Oh la la ! J’ai peur, j’ai peur…

    Monter en épingle une sinistre histoire en faisant penser que c’est une tendance de fond, voici ce qui est barbare.
    Bredouillez donc vos faits divers, on vous voit venir avec votre réaction politique.

    C’est triste qu’une société mesure sa liberté à la capacité de ces enfants à être des monstres.

    Il y a des violent, il y a des pacifiques. Il y a des enfants qui s’en sortent, il y a ceux qui plongent. Mais mettre en avant de telles histoires, c’est de la perversion… Un détournement…

    • Tiens, un déni de réalité. Je pensais qu’il n’en existait plus beaucoup de ces discours qu’on nous sert depuis 30 ans, genre le sentiment d’insécurité etc

  2. Moi, ma fille unique, (on est à Saint Denis, il paraît qu’on est des Dionysiens mais c’est l’enfer parfois) fréquente un peu ces bandes sans y adhérer (ouf !!!).

    Les motivations sont complexes : elle se sont réunies pour se protéger des garçons (de plus en plus violents), mais aussi pour faire comme les garçons…

    Merci pour votre blog, cela permet de témoigner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *