L’abandon des banlieues

Tiens il y a quelques jours, un gamin de 14 ans en a poignardé un autre de 15 ans à Marseille.
Ce matin, j’ai croisé le genre capable de ça, enfoncer un couteau dans un corps. Un ami de mon fils, une brute de 15 ans, le genre amoureux des grosses voitures, de sa bande de pote, du culte de la force, qui croit qu’une femme est un bout de viande, que la « maille » y a que ca de vrai, et qu’un homo vaut moins qu’un chien. J’attends avec impatience que les caricaturistes parisiens à la mode nous montrent leurs talents dans la dénonciation de ces nouveaux beaufs des années 2010.
Ce gamin, il doit en être à son 10 ème délit, du genre tabassage de vieille pour lui piquer 10 euro à elle qui rame pour joindre les deux bouts. A nouveau libre.
Les élites ont abandonnés les moutons aux loups, c’est aussi simple que ça. Ils l’ont fait par lâcheté, pour ne pas faire de vague, ne pas avoir à se battre, et pour pouvoir, dans leur centre ville, « jouir de tout, tout de suite ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *